12/03/2012

Black & white

Julia,Kikou,vieux chevaux,printempsUn rayon de soleil et le sourire revient…

Il était temps de recommencer à publier mais il manquait un petit déclic même si les séries d'hiver étaient toujours en réserve. Bien entendu, c'est Julia qui n'a pas manqué de me remettre sur les rails en étant particulièrement collaborative ce dimanche.

Il y a déjà un petit parfum de printemps qui flotte dans l'air, ne trouvez-vous pas ? Ce ne sont certes pas ces deux "vieux" qui diront le contraire.

De vieux chevaux, oui car même s'ils sont encore en bonne forme et se défoulent parfois comme des poulains, techniquement, ils sont catégorisés comme vieux. Je ne m'en plaindrai pas, j'adore les vieux chevaux et tout ce qu'ils ont à nous offrir avec leur expérience. J'aime particulièrement leur côté "on ne me la fait pas"  qui les pousse à vous tester gentiment avant de vous faire confiance.

Julia,Kikou,vieux chevaux,printemps

Beaucoup de gens sont persuadés qu'arrivé à un certain âge, un cheval n'est plus bon à rien d'autre qu'à brouter tranquillement. C'est faux, ils ont besoin d'attention et surtout, d'activité et de distraction. Sauf bien entendu lors de gros problèmes de santé, je pense sérieusement que beaucoup de chevaux âgés dépérissent parce qu'on les arrête complètement en les mettant en retraite.

Julia,Kikou,vieux chevaux,printemps

Ici, il a suffit de les éveiller un peu et de provoquer une séance jeux sans les forcer; je crois que leurs regards ne mentent pas et qu'ils y ont pris un réel plaisir. Un bon pansage et un petit massage pour compléter la séance et nous voici avec deux vieux dadous bien dans leurs sabots et dans leur tête.

Julia,Kikou,vieux chevaux,printemps

Julia,Kikou,vieux chevaux,printemps

Julia,Kikou,vieux chevaux,printemps

 

16/02/2011

"Vieux chevaux"

JuliaA l'instar de ce qui attendait Julia, beaucoup de chevaux devenus trop âgés pour pouvoir répondre aux besoins ou aux désirs de leurs propriétaires connaissent un sort peu enviable. Ils sont légions à se retrouver abandonnés sans soins et oubliés dans une prairie ou cédés pour une bouchée de pain à des marchands qui les revendront aux chevillards sur les marchés.

Ouvrir un débat sur l'âge de la retraite d'un cheval n'est vraiment pas le but de cet article d'autant plus qu'une foule de paramètres influencent la définition de cet âge et qu'il est propre à chaque cheval.

En tout état de cause et quels que soient les critères utilisés, il arrive un jour qu'un propriétaire décide que son cheval n'est plus apte à travailler comme il le faisait et ce, quelques soient les objectifs de travail recherchés. Malheureusement, ce jour-là sonne trop souvent le glas d'une existence…

Julia n'est pas le premier cheval âgé et inapte au travail que j'ai la chance de côtoyer, beaucoup d'autres avant elle m'ont offert de bons moments et de riches souvenirs. Pas besoin de les monter ou de travailler avec eux pour partager et savourer de beaux instants. La relation devient différente et on peut prendre beaucoup de plaisir en passant simplement du temps auprès de ces chevaux et en s'occupant d'eux.

Beaucoup de gens pensent qu'à ce moment, leur ancienne monture n'est plus bonne à rien et que sa vie va se limiter à manger et se reposer; c'est une idée préconçue et totalement fausse, ces chevaux ont besoin et envie que l'on s'occupe d'eux et surtout, qu'on leur offre un minimum de distraction. Malheureusement, ces idées semblent fortement ancrées et de là découle trop souvent l'horrible notion de bouche inutile à nourrir qui pousse les propriétaires à se débarrasser de leurs chevaux.

Pour moi, c'est une ignominie et j'ai beaucoup de peine à voir ces propriétaires "oublier" tous les merveilleux instants que leur a offerts leur monture. Comment oublier les immenses sourires dessinés sur les visages des enfants et la compréhension bienveillante des maladresses des débutants ? Est-ce vraiment aimer et respecter un animal que d'occulter tout cela et de l'envoyer à l'abattoir ?

Val & Julia

Aujourd'hui encore, je suis allé voir notre Julia; elle fait partie de ces chevaux "réformés" et inaptes au travail. Cela ne nous a pas empêché de passer ensemble un bel après-midi que j'ai pleinement savouré. Après l'avoir laissé libre de se rouler et de se défouler en piste, je l'ai longé quelques minutes; le but n'était pas de faire un travail particulier mais avant tout, de distraire Julia et d'entretenir sa condition physique. Ensuite, nous sommes partis pour une promenade en main sur les chemins forestiers; cela peut paraître bête, simple et sans intérêt mais pour moi, ces promenades sont loin d'être monotones. Cela me plaît de la voir découvrir les environs, de la rassurer lorsqu'un objet inhabituel semble lui causer une inquiétude et de nous balader en toute simplicité. Au retour, c'est un pansage en bonne et due forme et cela réserve également de beaux instants. C'est peut-être bête et niais pour certain mais pour moi, sentir son souffle dans ma nuque pendant que je brosse un de ses antérieurs, ça me fait sourire. Durant ces moments, nous communiquons beaucoup et elle reste attentive à ce que je fais; nous sommes complices.

JuliaAlors oui, je rêve d'un futur où les chevaux ne seraient plus considérés comme des animaux de rente mais comme des animaux de compagnie et que chaque propriétaire s'attache à assurer leurs vieux jours ne fut-ce que par respect et reconnaissance pour tout ce que leurs chevaux leur auront offert ou rapporté.

Puisse chaque cavalier ou propriétaire garder toujours en mémoire ce qu'un cheval devenu âgé a pu leur offrir durant toute sa vie.

On peut me prendre pour un doux rêveur, un idéaliste ou encore pour quelqu'un manquant de pragmatisme; je m'en moque éperdument. En ne tenant compte que des considérations financières et en faisant abstraction de certains sentiment, j'estime qu'on perd tout ou partie de notre sensibilité et ce faisant, de notre humanité.