26/09/2011

Sauvetage

Il n'y a pas de petit sauvetage, qu'il soit spectaculaire ou qu'il passe inaperçu, chacun d'eux à le mérite d'exister en tant qu'acte bienveillant et noble. Enfin, noble… Entendons-nous bien, nous parlons de sauvetage et pas de bonne affaire saisie par l'un ou l'autre quidam qui voit l'opportunité d'acquérir un équidé à bas prix et se permet de le revendre ensuite en réalisant un substantiel bénéfice tout en se faisant passer pour un sauveur désintéressé. Oui, ce genre de pratique existe mais je n'ai aucune envie d'en débattre aujourd'hui; je préfère de loin aborder la question de manière positive et partager une expérience récente.

J'aurais aimé publier cet article plus tôt mais hélas, l'accès à l'administration du blog était quelque peu chaotique ces derniers jours; aussi, j'ai décidé de le remanier entièrement avant de tenter de le publier.

La semaine passée, un appel était lancé pour tenter de sauver une centaine de poneys dont l'avenir se profilait bien mal. Pour beaucoup, la filière viande équine est déjà une bien triste fatalité mais découvrir que tant de si petites vies puissent s'y retrouver est un véritable choc et certains d'ailleurs n'y croient pas. Pourtant, cette réalité est là, presque quotidienne ou en tous cas, hebdomadaire. Chaque semaine, de jolis petits poneys sympas font un bien triste dernier voyage qui les conduit vers leur macabre rendez-vous. Abattus, saignés, dépiautés, éviscérés, débités en quartiers, désossés et enfin, découpés ou hachés; ils deviennent ce morceau de chair rouge qui ne s'appelle plus que steak ou cervelas.

sauvetage,shetlands,poneys,equi'chanceIls étaient donc une centaine et parmi eux, quarante poulains arrachés à leurs mères alors qu'ils n'avaient pas plus de trois ou quatre mois; une véritable barbarie et un brise-cœur pour qui aime et respecte les équidés.

Aimer et respecter, deux belles notions, deux belles valeurs dont heureusement, beaucoup d'humains sont encore capables. S'il est à déplorer un gros manque voire une totale absence de ces valeurs chez quelques tristes représentants de la race humaine, d'autres les ont merveilleusement développées et pour ces personnes, aimer devient inconditionnel et le respect est un maître mot.

Parmi ces rares personnes, certaines s'investissent en totalité et sont prêtes à tous les sacrifices pour faire ce qu'elles font de mieux : sauver ou mettre tout en œuvre pour permettre de sauver ces vies que l'on écourte volontairement par appât du gain.
L'une de ces personnes me touche particulièrement dans ce qu'elle fait sans gloire mais avec courage et abnégation. La reconnaissance des humains, je crois qu'elle s'en tamponne complètement et à la limite, ça doit l'ennuyer de s'entendre dire : "c'est merveilleux ce que vous faites". Question sauvetage, elle a une expérience phénoménale et je serais bien curieux de savoir combien d'équidés de tous poils ont pu échapper à la mort grâce à elle; je crois que les chiffres seraient édifiants.

sauvetage,shetlands,poneys,equi'chanceElle, c'est Pili, tout simplement Pili. Elle n'y va pas par quatre chemins et n'hésitera pas à vous dire ce qu'elle pense sans prendre de pincettes; c'est peut-être d'ailleurs pour ça qu'on évite en général de lui marcher sur les pieds. En tout cas, sous des dehors parfois un peu bourrus et ses opinions un peu carrées, c'est un énorme cœur ambulant empli de compassion pour les animaux en général et les équidés en particulier. Le forum qui a permis de sauver Julia et tant d'autres équidés, c'est elle; l'annonce pour les poneys, c'est encore elle… On ne va pas faire la liste de ses actions, on y prendrait la journée.
Je vois toujours l'annonce qu'elle avait placée sur le forum pour Julia : "pour les amateurs de la race, qui veulent un beau grand nain de jardin (dos trop ensellé pour envisager de lui faire faire quoi que ce soit d'autre)

beau poil brillant, bon état général"…

Bon, revenons aux poneys…

sauvetage,shetlands,poneys,equi'chance

Sans avoir plus de détails, il semble bien qu'aucun ne soit monté dans le mauvais camion. Bien entendu, ça ne signifie pas qu'ils ont tous trouvé une bonne famille d'adoption mais bon, l'espoir est permis et c'est déjà une belle victoire en soit.

Mais ce qui me marque le plus, c'est ce sauvetage au goût particulier ; celui de samedi passé après qu'avec leur spontanéité habituelle, Jules et Item aient décidé de financer le rachat de trois bébés shetlands. On a beau n'être qu'un simple intermédiaire, un petit maillon de la chaîne, ça fait franchement du bien d'assister à ça, de voir ces petites frimousses débarquer et se jeter sur le foin avec des yeux tous ronds. Se laisser raconter la première semaine de l'un deux dans sa nouvelle famille et voir les yeux briller de joie, ça n'a pas de prix. C'est peut-être banal pour certains mais pour moi, c'est beau comme un coin de ciel bleu et ça réchauffe.

sauvetage,shetlands,poneys,equi'chanceCe jour là, j'ai également pu assister à l'arrivée de la dernière trotteuse sauvée par Equi'chance; une magnifique jument douce, gentille et proche de l'homme. Une perle rare qui à n'en pas douter, fera le bonheur de ses futurs adoptants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son regard ne trompe pas, je ne doute pas qu'elle ait compris que sa vie prenait une tournure bien différente de ce qu'elle avait pu connaître auparavant. Bahïa, ce n'est pas son nouveau nom, c'est simplement son premier nom car avant d'être sauvée, elle portait juste une lettre et un numéro…

sauvetage,shetlands,poneys,equi'chance

Outre Jules, Item, Pili, Equi'chance et les adoptants des trois bébés shetlands, j'aimerais remercier particulièrement toutes celles et ceux qui ont diffusé cet appel et ont peut-être contribué sans même le savoir à sauver l'un ou l'autre de ces poneys. Quant à ceux qui sont arrivés trop tard, ils peuvent toujours en sauver car chaque semaine, des équidés sont à sauver.

Merci.

30/01/2011

Pauvres shetlands

115.jpgAvec leur frimousse attendrissante, leur regard vif et espiègle, leurs longs crins et leurs airs de peluches vivantes; les poneys shetland font craquer bien des cœurs. La vision idyllique du gentil poney Polly ami des enfants occulte malheureusement une triste réalité.

A l'origine, ces équidés très rustiques originaires d'un groupe d'îles au nord de l'Ecosse, étaient utilisés comme animaux de travail. Etonnamment puissants malgré leur petite taille, très résistants aux rudes conditions climatiques de leur région; les shetlands furent utilisés principalement dans les mines anglaises pour tirer les wagonnets de charbon. Contrairement à d'autres races de chevaux de travail, la révolution industrielle ne mis pas en péril le succès de la race et son expansion; le shetland devenant alors poney d'initiation pour les enfants, cadeau animal à la mode, tondeuse à gazon, pauvre créature de manège forain, etc…

115-2.jpg

Si certaines consciences se sont déjà éveillées et si certains faits ont déjà pu être pointés du doigt comme par exemple ce statut d'animal jouet offert pour satisfaire un caprice d'enfant, objet d'affection débordante durant quelques temps avant d'être négligé comme un jouet passé de mode que l'on range au fond d'une armoire; une destinée devenue très courante pour les shetlands est souvent ignorée : celle d'être devenus des animaux de boucherie.

115-4.jpgChaque semaine, des lots entiers de jeunes shetlands sont vendus aux chevillards pour une bouchée de pain. Bien qu'étant vendus et abattus en Belgique, ces poneys proviennent majoritairement des Pays-Bas où fleurissent de nombreux élevages "sauvages"; ils atterrissent en Belgique pour raisons économiques, le prix de la viande chevaline étant nettement inférieur en Hollande, ils y sont quasiment invendables.

Beaucoup de particuliers ont pris pour habitude d'héberger sur une parcelle de terrain, l'une ou l'autre jument shetland qu'ils font saillir chaque année pour obtenir un poulain qu'ils espèrent revendre à bon prix. Suivant un effet de mode, ils cherchent à obtenir des "produits" à succès aux bonnes origines et à la robe particulière. Malheureusement, les hasards de la génétique ne font pas toujours le bonheur…

115-1.jpgLa naissance est applaudie si le "produit" est une pouliche aux couleurs bien marquées.
Si le poulain naît mâle et alezan ou noir, les espoirs de bénéfices s'envolent et les naisseurs expriment souvent leur mécontentement auprès des étalonniers. Ces derniers font alors fréquemment la démarche de les débarrasser du poulain et de leur offrir une réduction sur la prochaine saillie afin de ne pas perdre leur précieuse clientèle.

Ces bébés shetland sont alors cédés à des marchands et se retrouvent sur les marchés belges où ils sont vendus aux chevillards pour une poignée d'euros. La rentabilité est nulle mais la petite vie est ôtée sans état d'âme pour quelques malheureux kilos de viande.

Quelques chanceux sont rachetés par des particuliers ou des associations qui les proposent ensuite à l'adoption.  Certains de ces poneys sont à peine sevrés lorsqu'ils échouent misérablement sur les marchés; leurs regards apeurés brisent le cœur mais hélas, tout le monde ne s'émeut pas devant ces pauvres créatures et les hippophages n'affrontent pas ces regards en achetant leur viande.

Cette semaine encore, un lot de 15 d'entre eux fut repéré chez un marchand dont 14 étaient âgés de moins d'un an...115-3.jpg