23/10/2012

Maréchalerie : un art (2)

Suite de la série précédente

maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

22/10/2012

Maréchalerie : un art

Maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturelLa maréchalerie a toujours vivement éveillé mon intérêt; plus qu'un métier, c'est un art qui requiert de nombreuses qualités. Le maréchal-ferrant exerce une profession éprouvante qui mobilise autant son attention que ses forces. Cet art est évidemment très physique mais il comporte également une partie très technique que l'on ignore sans doute. Le but n'est pas de simplement raccourcir un sabot comme on couperait un ongle ou encore d'y clouer un morceau de métal préalablement mis en forme sur une enclume. Non, le maréchal-ferrant doit en savoir beaucoup plus; il doit connaître la mécanique du cheval, être capable de conserver ou de lui rendre des aplombs corrects ou encore, de le soulager grâce à une ferrure orthopédique adaptée.

 

Maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturelEt comme si cela n'était pas encore suffisant, il doit prendre garde à tous les risques qui l'environnent dans l'exercice de sa profession. Le maréchal-ferrant manipule des animaux lourds pouvant accidentellement occasionner des blessures incapacitantes; il utilise également des outils coupants et contondants. En bref, il n'y a pas de place pour l'improvisation.

Sans compter les conditions de travail qui peuvent parfois être éprouvantes; qu'il doive braver le froid mordant de l'hiver ou courber l'échine sous un soleil de plomb, l'artisan doit s'y mettre pour faire chauffer la marmite.

 

 

C'est avec beaucoup de respect que je vous présente ces séries d'images de leur art.

Maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

Maréchalerie,maréchal-ferrant,parage naturel

06/08/2011

De fer et de feu (2)

maréchalerie,manège,la chevauchéeSuite de la série consacrée à la maréchalerie.

Le ferrage à chaud peut sembler impressionnant pour les non-initiés et certains pourraient aller jusqu'à voir cela comme traumatisant pour le cheval alors qu'il n'en est rien, l'équidé ne ressent aucune douleur lors de cette opération. Le fer est préalablement chauffé au rouge par l'artisan ce qu'il lui permet d'une part, de corriger sa forme en utilisant marteau et enclume pour l'adapter à la morphologie du pied du cheval et d'autre part, d'assurer un ajustage parfait au sabot en faisant fondre un peu de corne et rendre sa surface régulière.

Les clous sont les garants du maintien du fer, ils solidarisent celui-ci au sabot et le maréchal-ferrant prend grand soin de les planter au mieux.

maréchalerie,manège,la chevauchéeLa ferrure est souvent qualifiée de "mal nécessaire", elle est sujette à débat depuis quelques temps entre les inconditionnels du fer et les partisans du "pied-nu" (barefoot, natural hoofcare). Cet article n'a certainement pas pour but d'entrer dans ce débat et bien qu'étant convaincu des bienfaits du parage naturel, je ne puis que reconnaître le bien-fondé de la ferrure dans certains cas. Ce choix ne devrait pas être uniquement dicté par nos convictions personnelles mais avant tout, par le bien-être de l'équidé. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte : le plus important étant le pied du cheval en lui-même, sa nature, sa qualité et sa résistance.

Quoi qu'il en soit, la maréchalerie est un art qui doit être pratiqué avec passion par des professionnels compétents pour répondre à l'adage : "à bon pied, bon cheval".maréchalerie,manège,la chevauchée

 

maréchalerie,manège,la chevauchée

maréchalerie,manège,la chevauchée

maréchalerie,manège,la chevauchée

maréchalerie,manège,la chevauchée

12:13 Écrit par Oli dans 2011 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : maréchalerie, manège, la chevauchée |  Facebook | | |

04/08/2011

De fer et de feu

maréchalerieUn nuage de fumée et l'odeur âcre de la corne brûlée attirent mon attention, le maréchal-ferrant est de passage au manège. Je ne peux pas manquer cela, l'homme pratique son art avec savoir-faire et j'espère bien engranger quelques clichés pour illustrer ce métier beau mais difficile. Il faut être passionné pour faire ce travail; si certains se lancent dans le métier, peu résistent aux conditions de travail et ont le courage pour continuer.

Une première série consacrée à la maréchalerie, une série de fer et de feu. Remerciement à Pierre Begaux, artisan talentueux qui aime visiblement les chevaux et son métier.

maréchalerie, manège, la chevauchée

maréchalerie, manège, la chevauchée

maréchalerie, manège, la chevauchée

maréchalerie, manège, la chevauchée

maréchalerie, manège, la chevauchée

maréchalerie, manège, la chevauchée

21:44 Écrit par Oli dans 2011 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : maréchalerie, manège, la chevauchée |  Facebook | | |