25/11/2010

Ushuaia - Petite pause

Bien le bonjour à toutes et tous, à l'heure où vous lirez cette note, je serai confortablement (je l'espère) installé sur mon lit d'hôpital. Pas d'appréhensions concernant l'opération qui se déroulera en fin de journée, je suis plutôt impatient d'être débarrassé de toutes ces pièces en trop qui me causent bien des soucis depuis trop longtemps. Ceci dit, j'espère cette fois, ne plus faire les frais d'une rare complication qui bien que pouvant être fort intéressante pour le corps médical, n'est pas des plus agréable pour le patient ! lol

Je vais certainement me faire dorloter par une myriade de jolies infirmières prévenantes et soucieuses de mon confort; c'est du moins comme cela que ça se passe dans mes rêves. (On m'a rappelé dernièrement qu'il fallait croire en ses rêves; j'obtempère !)

Mon portable me rendra vraisemblablement visite durant l'hospitalisation mais il est fort possible que je ne puisse pas squatter l'un ou l'autre réseau; ne vous étonnez donc pas du petit black-out qui pourrait survenir.

N'ayant pas envie de publier une note essentiellement consacrée à ce sujet qui sent le désinfectant et pour tirer de leur torpeur les lecteurs mâles qui étaient déjà en train de fantasmer sur les jolies infirmières prévenantes qui seront aux petits soins pour moi; j'ai choisi de vous présenter un cheval que j'adore.Ushuaia

 

Oui, on peut dire que c'est fort à propos puisque c'est lorsque j'ai fait l'erreur de descendre d'Ushuaia sans attendre qu'il se soit arrêté, que je me suis un tantinet blessé.

 

Bien qu'il ait démontré de grandes aptitudes à causer des problèmes de fonctionnement à plusieurs cavaliers, ce grand Ushuaia est un cheval pour lequel j'éprouve une immense affection. Je ne manque jamais de lui rendre une petite visite à chacun de mes passages au manège et ce grand dadais me fait toujours sourire.

 

 

Je l'ai rencontré un peu par hasard, il y a un peu plus d'un an; il occupait alors le box voisin d'une jument que je montais et j'ai tout de suite été attiré par son air sympathique de géant débonnaire. Il faut dire aussi qu'il me rappelait un autre grand cheval que j'affectionnais particulièrement.

Ushuaia

 

J'ai éprouvé une amitié quasi instantanée pour Ushuaia et je resterai toujours convaincu qu'il est profondément gentil, affectueux, coopératif et volontaire.

Malheureusement pour lui, Ushu est désespérément craintif. Il n'a pas peur des humains mais par contre, le moindre élément extérieur inhabituel le fait paniquer et c'est là que commencent les problèmes…

Loin d'être un spécialiste en la matière, je suis intimement persuadé que le problème de cette montagne de gentillesse réside dans le fait que lorsqu'il prend peur, Ushu n'a aucune confiance en l'humain qui le monte et ne sachant pas se rassurer, il perd ses repères et s'engage dans une fuite éperdue et chaotique. Sa puissance et son explosivité, sa propension à faire des écarts aussi subits qu'imprévisibles placent alors rapidement son cavalier en fâcheuse posture. J'ai néanmoins l'impression qu'il ne cherche pas à se débarrasser de son cavalier mais qu'il ne le considère simplement pas comme une aide à vaincre la peur et que le perdre en chemin n'est pas un souci.

Ushuaia

 

Cette impression est renforcée par le souvenir des quelques fois où j'ai pu l'observer en liberté parmi ses congénères; il n'est pas dominant et les autres chevaux lui servent de repères.

Je l'adore ce grand nigaud et ses mimiques :-)

A bientôt, je repars me faire dorloter par les jolies infirmières… Et rêver un peu car la fée morphine est certainement en train de me mettre knock-out.

 

Et n'en profitez pas pour mettre le binz en l'absence du taulier ! ;-) 

NoelEquichance.jpg

A ne pas manquer également :

Noel4Balzanes.jpg

ListeNoel4Balzanes.jpg