18/06/2013

Hommage

hommageIl y a des êtres qui, même s'ils ne sont pas nos semblables, marquent nos vies d'une empreinte indélébile lorsqu'ils y entrent. En ce qui me concerne, beaucoup de chevaux font partie de ces créatures qui m'auront apporté quelque chose de particulier ancrant profondément leur souvenir en moi.

Interdit de te revoir depuis quatre ans, il ne me reste que cette page pour te rendre un hommage en images.

Combien de fois n'ai-je pas souri en te revoyant me taquiner en jouant avec le bout du manche de ma fourche tandis que j'essayais de ramasser des crottins ou en me remémorant ton explosivité lorsque tu avais le bonheur de sortir de ton boxe?

hommageTu m'auras manqué comme tant d'autres.

 Adieu mon grand copain, ne sois plus jamais séparé d'un rêve de Noël.

 

hommage

hommage

hommage

hommage

hommage

hommage

hommage

13:19 Écrit par Oli dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hommage |  Facebook | | |

21/12/2011

Alouette

hommage, AlouetteAlouette était une bien gentille jument qui coulait des jours heureux dans un bel environnement. Malheureusement, tout a une fin et elle s'en est allée discrètement en cette fin d'automne.

Pour ceux qui aiment vraiment les animaux, la mort de l'un de leurs compagnons est toujours une lourde peine qui n'est pas toujours bien comprise. Pour beaucoup d'humains, ce n'est après tout, qu'un simple animal que l'on n'est pas loin d'assimiler à un objet et son décès n'est qu'une déception passagère. En fin de compte, je plains ces personnes qui sont sans doute passées à côté de l'essentiel.

L'histoire d'Alouette me touche car c'est pour moi l'exemple type de ce que devrait être la vie d'un cheval. A l'inverse d'une majorité d'équidés, la vie d'Alouette n'a pas basculé dans le chaos lorsqu'elle a atteint l'âge où les performances ne sont plus ce qu'elles étaient; au contraire, elle s'est simplement transformée en vie de "retraitée".

En voyant sa propriétaire s'occuper d'elle, on ne pouvait pas manquer de remarquer la relation qui existait entre elle et Alouette. Cette volonté d'assumer et de prendre soin jusqu'au bout, je ne l'interprète pas simplement comme un respect élémentaire de l'animal mais plus encore, comme une forme de reconnaissance et de gratitude pour tout ce que cette jument avait pu offrir au cours de sa vie. Décrire les liens qui les unissaient ne m'appartient pas et je me contenterai donc de les remercier pour ce bel exemple.

hommage, Alouette

C'est peut-être un peu dommage de profiter de cet hommage à Alouette pour faire passer d'autres messages mais c'est d'actualité en cette période.

L'autre jour, à la radio, j'entends que Suri, la fille de T. Cruise et de K. Holmes, a demandé (entre autres) un poney comme cadeau de Noël… Et là, j'ai peur que comme tant d'autres, ce poney ne soit qu'un animal objet, un jouet qui passera de mode et finira délaissé, oublié.
Tant d'animaux peuplent les refuges ou finissent à la boucherie après avoir été de simples peluches vivantes, victimes de caprices de gosses gâtés à qui l'on n'enseigne pas les valeurs de respect de la vie animale… De grâce, évitez cela; une vie s'assume jusqu'au bout. Un chien vit en moyenne 15 ans, un équidé : 30 ans…

Quant aux "vieux chevaux", j'ai bien entendu une tendresse particulière pour eux. Bien entendu, ils ne sont sans doute plus capables de vous entraîner dans des galops à bride abattue, les cheveux au vent et il arrive souvent qu'on ne puisse même plus les monter mais cela ne les empêche pas d'avoir beaucoup à offrir. Les relations que l'on peut vivre avec eux sont différentes et enrichissantes, il suffit de vouloir en profiter et de savourer ce qu'ils ont à offrir. Notre belle dame noire en est un bel exemple : c'est une complice sensible et affectueuse mais également une vieille briscarde expérimentée à qui on ne la fait pas et qui m'en apprend tous les jours.

Bon voyage à Alouette, de l'autre côté de l'arc-en-ciel et bon courage à sa propriétaire à qui elle va terriblement manquer.

15:36 Écrit par Oli dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : hommage, alouette |  Facebook | | |

07/12/2010

Blacky

Rédiger cet hommage m'est extrêmement pénible. J'ai toujours su que ce moment serait difficile mais je n'imaginais pas qu'il me serait aussi dur de trouver les mots qui pourraient décrire cet extraordinaire cheval qu'était Blacky.

Blacky

 

Beaucoup de chevaux m'ont particulièrement marqué lorsque j'ai eu la chance de les rencontrer et de les côtoyer, Blacky en fait naturellement partie. Qui donc n'a pas été impressionné par cet imposant frison et ne s'est pas extasié sur sa beauté ?

 

Quand je regarde les photographies de Blacky, je ne peux manquer de retrouver ce regard unique, tellement apaisant. Il respirait la force tranquille, la sérénité et un tas de choses indescriptibles que l'on pourrait sans doute tenter de résumer par "charisme". Oui, je crois que c'est cela : Blacky était vraiment charismatique.

 

 

Un véritable symbole de puissance, une montagne de muscles et une élégance hors du commun; Blacky forçait le respect  et en même temps, il émanait de lui une telle douceur. Une créature foncièrement bonne que je n'ai jamais vu esquisser un mouvement d'humeur tant vis-à-vis des hommes que de ses congénères.

Blacky

Déjà âgé, il semblait pourtant à l'épreuve du temps et bâti pour battre des records de longévité mais il est hélas parti vers des pâturages que l'on ne peut atteindre.

Blacky

Quand je pense à Blacky, ce sont tous des superlatifs qui me viennent à l'esprit et pourtant, Blacky était également la simplicité même comme s'il voulait nous dire de prendre la vie comme elle vient et de nous contenter chaque jour de ce qu'elle nous offre.

BlackyBlacky faisait partie de ces chevaux qui m'auront le plus manqué depuis un peu plus d'un an, l'un de ceux qui rendait mes yeux brillants lorsque je parlais de lui ou lorsque je regardais une de ses photographies. Il était également l'un de mes modèles préférés, pas seulement parce qu'il était l'un des plus beaux chevaux qu'il m'ait été donné de voir mais plutôt pour l'expression qui se dégage de ses clichés.

Un cheval qui avait une histoire extraordinaire, une histoire aussi belle qu'émouvante. Aujourd'hui, il retrouve pour la deuxième fois sa compagne d'attelage et cette fois, plus rien ne les séparera plus. Il rejoint également d'autres chevaux d'exceptions qu'il a vu partir avant lui et dont on aurait dit qu'il rêvait parfois avec mélancolie.

Blacky

Blacky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adieu beau Blacky, tu resteras gravé dans bien des mémoires et certainement dans la mienne.

Blacky

00:29 Écrit par Oli dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : hommage, frison, blacky |  Facebook | | |

01/11/2010

Adieu Christmas

Ce n’est pas la somme de nos souvenirs qui fait leur richesse, c’est plutôt ce que chacun d’eux renferme d’unique et de précieux.Christmas Dream

Christmas m’en aura offert de nombreux et je n’oublierai certainement pas cette magnifique jument frison aux allures fières et aériennes.

Christmas fait partie de ces nombreux chevaux qui m’ont tellement manqué cette année, l’un de ceux qui m’ont le plus marqué durant la période où je les côtoyais si souvent.

Belle, parfois énigmatique lorsqu’elle semblait perdue dans une profonde mélancolie ; elle avait la classe d’une véritable star.

Bien que ne disposant d’aucune information concernant sa vie passée, ses allures et la facilité avec laquelle elle effectuait certaines figures ne pouvaient démentir un passé de travail. Il y a fort à parier que cette merveille fut mise au rebus suite à un problème pathologique, elle présentait une hernie sur un flanc et c’est probablement ce qui a décidé ses anciens propriétaires à se débarrasser d’elle. Peut-être avait-elle perdu toute valeur à leurs yeux…

Christmas Dream

Bien qu’ayant bon caractère, Christmas se tenait souvent à l’écart de ses congénères ; elle me semblait parfois très mélancolique et cela me désolait. Je me souviens l’avoir rejoint à plusieurs reprises avec l’envie de la distraire un peu ; j’aurais aimé avoir la faculté de comprendre ce qui la faisait paraître aussi triste. Chacun de ces moments était privilégié, Christmas semblait vraiment apprécier ces tentatives de réconfort et je la quittais avec regret.

Christmas DreamLa voir se lier avec ma complice Chattanooga fut un ravissement, j’étais peut-être dans l’erreur mais il m’avait semblé percevoir un grand changement au niveau de son moral et j’en éprouvais beaucoup de plaisir. Peut-être est-ce le décès de Chatta qui aura précipité son déclin ? Je l’ignore mais une chose est certaine : je me plais maintenant à les imaginer ensemble et en paix pour l’éternité, galopant dans de vastes prairies toujours vertes et ensoleillées.

Ce n’est certes pas le premier décès d’un ami équidé auquel je me retrouve confronté, celui-ci s’ajoute à une liste déjà bien trop longue. On pourrait peut-être croire qu’à force d’y faire face, une carapace pourrait commencer à se forger mais il n’en est rien… Ce sont à chaque fois des êtres qui comptaient qui s’en vont, des acteurs d’une partie de notre vie qui y ont apporté quelque chose qu’eux seuls pouvaient offrir.  Christmas Dream était l’un d’eux et je ne peux que la remercier une dernière fois pour ce qu’elle m’aura apporté.

Christmas Dream

Christmas Dream

Christmas Dream

Au revoir belle Christmas…Christmas Dream

12:24 Écrit par Oli dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : christmas dream, hommage, souvenirs |  Facebook | | |

22/10/2010

Adieu Lancelot

C’est encore un adieu, hélas…

Lancelot, un hongre frison très âgé qui, au-delà d’être discret à l’instar de certains chevaux, s’effaçait carrément. Dans tous mes souLancelotvenirs, Lancelot était celui qui avait le don de se faire oublier ; je le constate même en regardant les nombreuses photographies du groupe dans lequel il évoluait, il y est quasiment toujours absent…

Nul ne pouvait pourtant manquer de reconnaître Lancelot, l’âge ayant usé ses dents plus que de raisons, c’est presque toujours la langue pendante que l’on pouvait le croiser.

Lancelot était un beau cheval extrêmement calme et docile en toutes circonstances. Ni craintif, ni revêche, il se tenait pourtant le plus souvent en retrait. Jamais je n’ai vu le moindre mouvement d’humeur chez ce brave Lancelot ; en bref : une véritable crème.

Apprendre le décès d’un frison est toujours plus douloureux pour moi. Ces chevaux merveilleux sont ceux qui m’ont le plus apporté et avec lesquels j’ai entretenu les plus belles relations. Dans le cas de Lancelot, je regrette de ne pas avoir plus souvent franchi les limites de sa discrétion et de ne pas l’avoir mieux connu mais j’ai néanmoins la certitude qu’il était profondément doux et gentil.

Lancelot
Lancelot

Lancelot

Lancelot

 

Au revoir Lancelot…

Lancelot

13:18 Écrit par Oli dans Hommage, Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : hommage, lancelot, frison |  Facebook | | |