13/06/2013

Ils étaient 7...

Aujourd'hui, c'est jeudi et c'est jour d'abattage.

Aujourd'hui c'est jeudi et les poneys qui s'offrent à vos yeux sur ces photos ont cessé de vivre.Abattoir, sauvetage, courage
Non, ce ne sont pas des photos prises au hasard et à titre d'exemple; ce sont les dernières images de vrais poneys qui ont réellement été abattus aujourd'hui.

Ils étaient à sauver mais ils n'ont pas eu de deuxième chance.

Chacun d'eux valait 7 billets de 50 euros, 7 morceaux de papier coloré dans un portefeuille. Parce que le prix de la viande équine augmente alors leur valeur "viande" augmente aussi, ça fait les affaires des professionnels de la filière; ça rend plus difficile le sauvetage.
Pour certains, ce ne sont pas des vies, ce sont des choses que l'on échange contre du papier coloré, des marchandises vivantes qui sont tombées aujourd'hui au claquement du pistolet d'abattage.

Abattoir, sauvetage, courageQu'ils soient beaux, qu'ils soient jeunes, qu'ils soient gentils et se dirigent joyeusement vers l'humain avec leurs yeux pleins de douceur n'a plus eu la moindre  importance aujourd'hui. Ils sont entrés l'un après l'autre dans le boxe d'abattage et puis, un claquement, la chute, le renversement sur le carrelage, les chaînes qui soulèvent le corps et le couteau qui tranche la gorge.

Pour beaucoup, les choses sont ainsi faites, on n'y peut rien, on n'y changera rien et autant s'éviter des peines inutiles; il leur suffit alors de se détourner, de fermer les yeux et de penser à autre chose.

D'autres rassemblent leur courage, même si les résultats obtenus peuvent sembler parfois insignifiants et même si chaque semaine tout recommence. Je pense à une  personne en particulier qui consacre chaque minute de son temps libre pour tenter de sauver ces équidés et quand, malheureusement, ils partent malgré tout vers l'abattoir, a cet immense courage d'aller leur dire adieu.

Abattoir, sauvetage, courage

Du courage pour affronter leurs regards, je vous jure qu'il en faut. Du courage pour leur faire une dernière caresse avant de les regarder partir, oui, il en faut beaucoup.

Abattoir, sauvetage, courage

Malgré tout, malgré que cela recommence chaque semaine et qu'à chaque fois, la douleur est la même et que son cœur ne s'endurci pas, ne s'y habitue pas; elle continue semaine après semaine.

J'avais envie de trouver les mots adéquats pour rendre hommage à ces poneys, pour rendre hommage à cette dame que j'admire et à qui je sais ce que je dois. J'avais envie de sensibiliser, que cela donne un coup de pouce mais les bons mots sont tellement difficiles à trouver et à aligner…

Abattoir, sauvetage, courage

Chaque semaine, au moins 200 équidés subissent le même sort en Belgique. La majorité d'entre eux n'ont pas une dernière caresse ni même un dernier regard compatissant. Qu'ils soient jeunes ou vieux, qu'ils aient gagné des prix, des courses ou des concours, qu'ils aient rapporté de l'argent ou généré d'immenses sourires sur des visages d'enfants et d'adultes; ils finissent tristement pour une poignée de billets.

Il n'existe AUCUN élevage d'équidé pour la viande. Tous les équidés qui échouent dans la filière viande s'y retrouvent pour un tas de raisons (mauvaise performance, blessure, âge, …) mais AUCUN d'entre eux n'est destiné dès le départ pour la boucherie. Nourrir un cheval coûte trop cher que pour être rentable dans l'objectif élevage viandeux.

Lorsqu'ils prennent en charge un animal, ceux qui les aiment et les respectent vraiment souscrivent un contrat tacite et ils s'engagent envers cet animal pour toute la durée de sa vie tout en étant conscients qu'il va vieillir et ne sera jamais à l'abri d'une blessure ou d'une maladie.

Merci d'être conscient, merci d'aider, merci d'agir, merci de changer.