05/03/2011

I'm back :-)

134.jpgDésolé pour l'absence un peu plus longue que prévue et un grand merci à vous pour vos commentaires et vos messages.

Evidemment, il n'était pas question de reprendre le blog autrement qu'en donnant quelques nouvelles de Julia. La belle se porte à merveille, c'est une insatiable gourmande qui réclame sans cesse des friandises et se permet même de fouiller nos poches mais bon, comment ne pas le lui pardonner en souriant ?

C'était un réel plaisir de la retrouver hier après être resté confiné entre mes quatre murs durant un peu plus d'une semaine. Il me faut encore patienter un peu avant de pouvoir repartir en promenade avec elle mais bon, patience et longueur de temps valent mieux que force et rage.
En attendant, c'est Sylvie qui s'en charge et part se promener sur les chemins en compagnie de Julia.

134-1.jpg

julia

 

134-3.jpg

 

21:04 Écrit par Oli dans Le journal de Julia | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : julia |  Facebook | | |

21/02/2011

Portraits (22)

Julia et ses collocs

Julia

129.jpg

129-1.jpg

Julia

Toscane

 

18:15 Écrit par Oli dans 2011, Le journal de Julia | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pension, julia |  Facebook | | |

20/02/2011

Portraits (21)

Julia et ses collocs

Julia

128.jpg

128-1.jpg

128-2.jpg

128-3.jpg

128-4.jpg

Julia

 

18:00 Écrit par Oli dans 2011, Le journal de Julia | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pension, julia |  Facebook | | |

16/02/2011

"Vieux chevaux"

JuliaA l'instar de ce qui attendait Julia, beaucoup de chevaux devenus trop âgés pour pouvoir répondre aux besoins ou aux désirs de leurs propriétaires connaissent un sort peu enviable. Ils sont légions à se retrouver abandonnés sans soins et oubliés dans une prairie ou cédés pour une bouchée de pain à des marchands qui les revendront aux chevillards sur les marchés.

Ouvrir un débat sur l'âge de la retraite d'un cheval n'est vraiment pas le but de cet article d'autant plus qu'une foule de paramètres influencent la définition de cet âge et qu'il est propre à chaque cheval.

En tout état de cause et quels que soient les critères utilisés, il arrive un jour qu'un propriétaire décide que son cheval n'est plus apte à travailler comme il le faisait et ce, quelques soient les objectifs de travail recherchés. Malheureusement, ce jour-là sonne trop souvent le glas d'une existence…

Julia n'est pas le premier cheval âgé et inapte au travail que j'ai la chance de côtoyer, beaucoup d'autres avant elle m'ont offert de bons moments et de riches souvenirs. Pas besoin de les monter ou de travailler avec eux pour partager et savourer de beaux instants. La relation devient différente et on peut prendre beaucoup de plaisir en passant simplement du temps auprès de ces chevaux et en s'occupant d'eux.

Beaucoup de gens pensent qu'à ce moment, leur ancienne monture n'est plus bonne à rien et que sa vie va se limiter à manger et se reposer; c'est une idée préconçue et totalement fausse, ces chevaux ont besoin et envie que l'on s'occupe d'eux et surtout, qu'on leur offre un minimum de distraction. Malheureusement, ces idées semblent fortement ancrées et de là découle trop souvent l'horrible notion de bouche inutile à nourrir qui pousse les propriétaires à se débarrasser de leurs chevaux.

Pour moi, c'est une ignominie et j'ai beaucoup de peine à voir ces propriétaires "oublier" tous les merveilleux instants que leur a offerts leur monture. Comment oublier les immenses sourires dessinés sur les visages des enfants et la compréhension bienveillante des maladresses des débutants ? Est-ce vraiment aimer et respecter un animal que d'occulter tout cela et de l'envoyer à l'abattoir ?

Val & Julia

Aujourd'hui encore, je suis allé voir notre Julia; elle fait partie de ces chevaux "réformés" et inaptes au travail. Cela ne nous a pas empêché de passer ensemble un bel après-midi que j'ai pleinement savouré. Après l'avoir laissé libre de se rouler et de se défouler en piste, je l'ai longé quelques minutes; le but n'était pas de faire un travail particulier mais avant tout, de distraire Julia et d'entretenir sa condition physique. Ensuite, nous sommes partis pour une promenade en main sur les chemins forestiers; cela peut paraître bête, simple et sans intérêt mais pour moi, ces promenades sont loin d'être monotones. Cela me plaît de la voir découvrir les environs, de la rassurer lorsqu'un objet inhabituel semble lui causer une inquiétude et de nous balader en toute simplicité. Au retour, c'est un pansage en bonne et due forme et cela réserve également de beaux instants. C'est peut-être bête et niais pour certain mais pour moi, sentir son souffle dans ma nuque pendant que je brosse un de ses antérieurs, ça me fait sourire. Durant ces moments, nous communiquons beaucoup et elle reste attentive à ce que je fais; nous sommes complices.

JuliaAlors oui, je rêve d'un futur où les chevaux ne seraient plus considérés comme des animaux de rente mais comme des animaux de compagnie et que chaque propriétaire s'attache à assurer leurs vieux jours ne fut-ce que par respect et reconnaissance pour tout ce que leurs chevaux leur auront offert ou rapporté.

Puisse chaque cavalier ou propriétaire garder toujours en mémoire ce qu'un cheval devenu âgé a pu leur offrir durant toute sa vie.

On peut me prendre pour un doux rêveur, un idéaliste ou encore pour quelqu'un manquant de pragmatisme; je m'en moque éperdument. En ne tenant compte que des considérations financières et en faisant abstraction de certains sentiment, j'estime qu'on perd tout ou partie de notre sensibilité et ce faisant, de notre humanité.

14/02/2011

Des nouvelles de Julia

JuliaQuelques nouvelles de Julia pour ce retour sur le blog après une absence due à quelques soucis de santé. Notre belle grande dame se porte comme un charme et me donne vraiment l'impression d'être satisfaite de sa nouvelle vie et de son hébergement. Les séances de pansages sont, à n'en pas douter, parmi ses moments favoris et Julia a sa façon bien à elle de nous le faire comprendre. Une fois lâchée en piste, elle se roule sur le sable et s'empresse ensuite de se diriger vers la sortie afin de venir se camper devant son boxe pour y être pomponnée. Plutôt que de la longer sur la piste, j'ai choisi de profiter des quelques jours sans pluie pour aller promener en sa compagnie. Bien entendu, il s'agit de promenade "en main" qui lui permettent de découvrir la région et de se distraire un peu tout en nous offrant à tous deux, un peu d'exercice.

J'apprécie beaucoup tous ces instants passés en sa compagnie; les soucis s'envolent et laissent place à une belle relation. Au fur et à mesure, nous apprenons à nous connaître mutuellement et chaque  jour apporte son petit quelque chose. Ainsi, bien que m'étant vite aperçu que Julia était une grande gourmande; j'ai récemment découvert son péché mignon : les carottes ! A la vue de ces succulentes délicatesses, Julia bave littéralement et ce qui me fait sourire le plus, c'est voir son air réprobateur lorsque je donne un morceau de carotte à l'un de ses congénères; elle semble alors vouloir dire : "Hey !!! C'est à moi ça !!"

L'intérêt que Julia montre pour ma pupuce est également un ravissement et lorsque je les regarde, je ne peux m'empêcher de penser avec nostalgie et émotion à la relation qui existait entre Valentine et une autre jument frison si chère à son cœur, la douce Serena.

Julia

Julia

Julia

01:00 Écrit par Oli dans Le journal de Julia | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook | | |