29/11/2010

Les pièces en trop

Bonjour !

Voilà, ça y est : les pièces en trop ne sont plus qu'un mauvais souvenir…

J'insère une photo pour être certain qu'elles ne soient plus confondues avec d'autres pièces qui ne sont elles, pas en trop et restent parfaitement fonctionnelles…

matériel ostéosynthèse

Merci pour le soutien reçu durant ces quelques jours et aussi, un immense remerciement pour les publications des annonces qui concernent les fêtes de Noël d'Equi'chance et de 4 Balzanes; j'espère que de nombreuses personnes auront été sensibilisées et qu'elles contribueront au succès de ces deux manifestations.

J'ai encore besoin d'un peu de repos, ce qui veut dire que le blog risque de tourner au ralenti. Je tâcherai toutefois, de rédiger l'un ou l'autre article dans les jours qui suivent.

Bonne journée à toutes et tous !

NoelEquichance.jpg

Noel4Balzanes.jpg

13:07 Écrit par Oli | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |

25/11/2010

Ushuaia - Petite pause

Bien le bonjour à toutes et tous, à l'heure où vous lirez cette note, je serai confortablement (je l'espère) installé sur mon lit d'hôpital. Pas d'appréhensions concernant l'opération qui se déroulera en fin de journée, je suis plutôt impatient d'être débarrassé de toutes ces pièces en trop qui me causent bien des soucis depuis trop longtemps. Ceci dit, j'espère cette fois, ne plus faire les frais d'une rare complication qui bien que pouvant être fort intéressante pour le corps médical, n'est pas des plus agréable pour le patient ! lol

Je vais certainement me faire dorloter par une myriade de jolies infirmières prévenantes et soucieuses de mon confort; c'est du moins comme cela que ça se passe dans mes rêves. (On m'a rappelé dernièrement qu'il fallait croire en ses rêves; j'obtempère !)

Mon portable me rendra vraisemblablement visite durant l'hospitalisation mais il est fort possible que je ne puisse pas squatter l'un ou l'autre réseau; ne vous étonnez donc pas du petit black-out qui pourrait survenir.

N'ayant pas envie de publier une note essentiellement consacrée à ce sujet qui sent le désinfectant et pour tirer de leur torpeur les lecteurs mâles qui étaient déjà en train de fantasmer sur les jolies infirmières prévenantes qui seront aux petits soins pour moi; j'ai choisi de vous présenter un cheval que j'adore.Ushuaia

 

Oui, on peut dire que c'est fort à propos puisque c'est lorsque j'ai fait l'erreur de descendre d'Ushuaia sans attendre qu'il se soit arrêté, que je me suis un tantinet blessé.

 

Bien qu'il ait démontré de grandes aptitudes à causer des problèmes de fonctionnement à plusieurs cavaliers, ce grand Ushuaia est un cheval pour lequel j'éprouve une immense affection. Je ne manque jamais de lui rendre une petite visite à chacun de mes passages au manège et ce grand dadais me fait toujours sourire.

 

 

Je l'ai rencontré un peu par hasard, il y a un peu plus d'un an; il occupait alors le box voisin d'une jument que je montais et j'ai tout de suite été attiré par son air sympathique de géant débonnaire. Il faut dire aussi qu'il me rappelait un autre grand cheval que j'affectionnais particulièrement.

Ushuaia

 

J'ai éprouvé une amitié quasi instantanée pour Ushuaia et je resterai toujours convaincu qu'il est profondément gentil, affectueux, coopératif et volontaire.

Malheureusement pour lui, Ushu est désespérément craintif. Il n'a pas peur des humains mais par contre, le moindre élément extérieur inhabituel le fait paniquer et c'est là que commencent les problèmes…

Loin d'être un spécialiste en la matière, je suis intimement persuadé que le problème de cette montagne de gentillesse réside dans le fait que lorsqu'il prend peur, Ushu n'a aucune confiance en l'humain qui le monte et ne sachant pas se rassurer, il perd ses repères et s'engage dans une fuite éperdue et chaotique. Sa puissance et son explosivité, sa propension à faire des écarts aussi subits qu'imprévisibles placent alors rapidement son cavalier en fâcheuse posture. J'ai néanmoins l'impression qu'il ne cherche pas à se débarrasser de son cavalier mais qu'il ne le considère simplement pas comme une aide à vaincre la peur et que le perdre en chemin n'est pas un souci.

Ushuaia

 

Cette impression est renforcée par le souvenir des quelques fois où j'ai pu l'observer en liberté parmi ses congénères; il n'est pas dominant et les autres chevaux lui servent de repères.

Je l'adore ce grand nigaud et ses mimiques :-)

A bientôt, je repars me faire dorloter par les jolies infirmières… Et rêver un peu car la fée morphine est certainement en train de me mettre knock-out.

 

Et n'en profitez pas pour mettre le binz en l'absence du taulier ! ;-) 

NoelEquichance.jpg

A ne pas manquer également :

Noel4Balzanes.jpg

ListeNoel4Balzanes.jpg

24/11/2010

Au manège (8)

cheval

cheval

Galan

cheval

cheval

 

NoelEquichance.jpg

15:10 Écrit par Oli dans 2010 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : manège, galan |  Facebook | | |

Au manège (7)

A l'inverse des acteurs d'une note récente, ceux-ci manifestaient plus d'intérêt pour l'appareil ou posaient plus volontiers.

Caramel

Topaz & Quitus

Cheval

Vas-y & Urlu

NoelEquichance.jpg

10:00 Écrit par Oli dans 2010 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : caramel, topaz, quitus, vas-y, urlu, manège |  Facebook | | |

23/11/2010

Démystification

Bon, bon, bon… Pas facile de commencer cette note, j'espère réussir à faire passer mon message et qu'il ne soit pas interprété.

La communication, un mot fort à la mode dans notre société actuelle; un mot clé dans tout ce qui traite des relations humaines. Nous communiquons tous, c'est un fait et d'ailleurs, un des axiomes de la communication, le premier, le dit clairement : "on ne peut pas ne pas communiquer"…
Même quand on ne dit rien, on communique ! Et bien oui, quand votre interlocuteur garde le silence, vous ne pouvez pas vous empêcher d'analyser et d'interpréter ce silence; donc, volontairement ou non, votre interlocuteur communique alors avec vous…

Nous communiquons tous, nous sommes bien d'accord mais, le faisons-nous efficacement ?

L'idée que nous voulons partager, que nous formulons sous forme d'un message que nous envoyons à nos interlocuteurs; cette idée est elle perçue telle que nous la percevons nous-mêmes ?

Non, pas forcément…

L'objectif n'est pas de dispenser ici une formation en communication, loin de là; si tel était le cas, le blog porterait un autre nom.

J'éprouve simplement le besoin de réagir à vos gratifiants commentaires de la centième note.

L'image que l'on véhicule, l'étiquette que nous avons sur le dos; bien que ce ne soit pas mon souci d'en avoir une particulière, préférant passer inaperçu et me fondre dans le décor, j'estime néanmoins qu'il faut pouvoir la corriger quand elle s'avère un peu faussée. C'est la raison de cet article.

Certains d'entre vous me connaissent, ils savent que je peux me moquer d'être considéré comme un gros con mais par contre, ils savent aussi que je réagis au quart de tour à toute campagne de calomnie et de diffamation. Ce n'est évidemment pas le cas dans ce qui nous occupe ici, fort heureusement.

Néanmoins, l'inverse est également vrai; je ne trouve pas juste d'être placé sur un piédestal avec une image trop belle qui ne me correspond pas et il m'apparaît nécessaire de démystifier un peu le personnage.

Est-ce que j'aime les chevaux ? Oui, c'est un fait dont je suis convaincu et pour reprendre l'idée que nous en donne Henry Blake dans ses écrits, je leur voue un amour inconditionnel. Entendons par là que je les aime simplement, qu'ils soient grands ou petits, jeunes ou vieux, équilibrés ou non, d'illustres origines ou de race indéfinie, propres comme un sou neuf ou couverts de gale… Peu importe, je les aime tous, un point c'est tout.

10Jul09_15224 copie.jpg

Suis-je concerné par leur sort ? Oui, incontestablement; j'y suis extrêmement sensible. Je n'en débattrai pas maintenant, ce n'est pas le but.

Par contre, je ne fais rien de particulier pour eux; je ne leur suis d'aucun secours ! Ce n'est pas moi !

Tout d'abord, je n'en ai pas les moyens; j'arrive péniblement à verser une obole pour parrainer l'un ou l'autre d'entre eux et Dieu sait à quel point cet apport est dérisoire. Les propriétaires de chevaux le savent, ce n'est pas avec 10 euros que l'on subvient aux besoins d'un équidé…

Ensuite, je ne sais même plus aider en tant que bénévole pour un tas de raisons.

Ce n'est pas le fait de placer des liens vers des associations qui feront de moi un sauveur de chevaux. C'est un petit truc qui ne coûte rien et qui ne garanti en aucune manière que l'un ou l'autre équidé sera sauvé d'un destin aussi injuste que cruel.

Les vraies personnes que l'on devrait bien mettre en évidence et admirer pour ce qu'elles font; ce sont celles qui sauvent réellement ces chevaux, celles qui se démènent chaque jour et sacrifient bien des choses à laquelle peu d'entre nous accepteraient de renoncer. Des gens comme Christelle et Fabian, comme Sandra et son équipe, et bien d'autres encore. Des gens aussi que l'on ne voit pas, qui n'ont pas un site ou un blog; que l'on aperçoit parfois simplement sur une photo en train de pousser une brouette de fumier et qui eux, peuvent investir leur temps libre pour aider de leur mieux.

Celles et ceux aussi qui ont choisi de recueillir eux-mêmes ou d'adopter un équidé via une association; pas parce que cela permet d'avoir un cheval à bas prix mais par conviction et en adhérant complètement aux termes du contrat.

Ce n'est pas moi.

DSC_0179.JPGDans mon ancienne fonction professionnelle, j'ai eu un chef qui m'a appris beaucoup de choses. Un jour, il m'a dit que je n'étais qu'un trou du cul… J'aurais pu employer un autre terme mais j'ai choisi sciemment de reproduire ce qu'il a dit. Ce n'était pas une insulte, loin de là et ce terme était choisi à dessein parce que justement il peut choquer.

Il était important qu'il marque et je suis content de me le rappeler souvent après toutes ces années. Ce qu'il voulait dire par là, ou du moins ce que j'ai finalement compris ? C'est que quoi que l'on fasse, aussi performant et excellent que l'on soit dans son job ou autre chose; il faut pouvoir prendre du recul et se dire que l'on reste néanmoins cet être humain banal avec toutes ses imperfections, ses fautes et ses erreurs… Un trou du cul parmi les autres.

Alors non, ce n'est pas moi.

Je ne suis pas éthologue non plus, je ne suis même pas un bon cavalier.

J'adore découvrir qu'un commentaire a été déposé sur le blog; comme je le disais précédemment, cela fait l'interactivité du blogging. J'espère pouvoir entretenir longtemps cette relation entre visiteurs et taulier du blog, conserver toutes ces amitiés nouées au fil du temps. Mais par pitié, n'oubliez pas vous non plus, que je ne suis qu'un trou du cul ! (J'aurais quand même préféré qu'il choisisse un autre terme)

Bon, j'espère que nous nous sommes compris. Je ne pouvais pas garder le silence et accepter tacitement d'être dépeint comme un héros que je ne suis pas. Merci de votre compréhension.

NoelEquichance.jpg

15:09 Écrit par Oli | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook | | |