07/10/2010

Caudectomie - Caudotomie

caudectomieLors du concours provincial de chevaux de traits auquel j’ai assisté, une pratique visiblement répandue m’avait choqué et je ne pouvais pas rester sans investiguer un peu sur le sujet.

Mon souci premier était de savoir si cette pratique appelée « caudectomie » ou encore « caudotomie » était autorisée ou interdite en notre pays.


Voyons tout d’abord ce que signifie « caudectomie » :

La caudectomie désigne l'écourtage ou l'ablation de la queue de certains animaux domestiques : principalement les chiens, les chevaux, et, dans le cas de l'agriculture, les porcs et les moutons. Cette pratique continue à faire débat en opposant régulièrement les éleveurs animaliers à des associations, en particulier de vétérinaires et d'amoureux des animaux, pour des raisons de bien-être animal. La caudectomie est abolie dans certains pays comme la France et la Belgique, mais aucune loi ne l'interdit, par exemple, chez les chevaux au Canada et aux États-Unis. (Wikipedia)

Cette pratique est-elle interdite en Belgique ?

Les seules mentions légales que j’ai pu trouver la déclarent interdite sauf exception thérapeutique justifiée.

Interdite donc et pourtant monnaie courante…

La sénatrice Jacinta De Roeck a interpellé le Ministre des affaires sociales et de la santé publique le 16 février 2007 à ce sujet (Cliquez ici). L’interdiction fut bel et bien confirmée mais, rien n’a semblé bouger…
Une interpellation par ailleurs édifiante quant aux façons de contourner ou bafouer cette interdiction !

Une étude scientifique extrêmement fouillée et détaillée a contredit les arguments avancés par les éleveurs qui allaient jusqu’à affirmer qu’il en allait de la survie d’une race de chevaux de trait ! Cette étude que vous pouvez consulter via ce lien (descendez jusqu’au rapport scientifique téléchargeable en format pdf) démonte les arguments avancés par les associations d’éleveurs et souligne même que la caudectomie n’a d’intérêt que pour l’humain et qu’elle est au contraire, néfaste pour l’animal.

Malheureusement, aucune association de protection animale ne semble avoir pris partie pour cette cause et les choses restent en l’état…

Ces chevaux se retrouvent donc amputés d’un appendice qui leur est pourtant bien utile pour ne pas dire essentiel. La queue du cheval joue plusieurs rôles ; elle est avant tout, un moyen de défense contre les attaques des insectes qui le harcèlent mais elle est également un moyen de communication entre congénères. Ces arguments pourtant imparables sont pourtant ignorés par les éleveurs et les queues des chevaux sont sacrifiées sur l’autel d’un sacro-saint standard esthétique de la race. Vous m’excuserez mais je ne vois rien d’esthétique à exhiber l’anus et la vulve d’une jument !

J’ai choisi de ne pas détailler les différents arguments présentés par les différentes parties, ils sont entièrement développés dans le rapport scientifique dont les conclusions sont éloquentes ; celles et ceux qui sont sensibles au bien-être animal et recherchent la vérité prendront la peine de le lire…

Commentaires

Tout animal est conçu dans son entièreté de sorte à s'adapter à son environnement, à son mode de vie ...
Chaque cm de lui-même lui est nécessaire !
C'est valable pour les humains... c'est valable pour les chevaux et pour tout animal !!!!!

Je trouve çà, pour ma part, (je sais que je m'emballe parfois vite dans mes termes employés) honteux ... par soucis de remporter un concours niveau esthétique on n'hésite pas à "amputer" (superbement choisi Oli!) quelque chose d'essentiel !

Ca me rappelle également tous ces propriétaires qui font couper et les queues trop "longues" des pitbulls ainsi que leurs oreilles ... par soucis d'esthétique ...

Monde de fous !!!!!!

Écrit par : Sarah | 13/10/2010

Merci Sarah pour ce commentaire

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.